anatomie et croissance du crâne : sutures et fontanelles

synonymes : croissance crânienne – périmètre crânien – sutures – fontanelles – skull growth

lay

le crâne humain est composé de plusieurs plaques qui correspondent à une partie de la voûte et de la base du crâne. Les plaques osseuses sont réunies par les sutures, il s’agit de zones de cartilage ou de tissu fibreux qui produisent du tissu osseux à leur jonction avec l’os : ce sont les acteurs principaux de la croissance du crâne. Cette dernière est contrariée lorsque les sutures sont fermées de manière anormale, c’est alors une craniosténose. les sutures et fontanelles jouent également un rôle crucial, permettant au crâne du bébé de s’adapter au moment de la naissance.


doctor

les plaques osseuses de la voûte

la voûte crânienne est un os de membrane (crâne membraneux), comme la clavicule ; au contraire, la base est d’origine cartilagineuse (chondro-crâne ou splanchno-crâne).

l’os pariétal est le seul os qui ne participe pas à la base du crâne. les autres os (frontal, temporal, occipital) ont une partie constitutive de la voûte, un autre constitutive de la base. anat crâne

Les sutures

sutures temporaires

  • celles de la face disparaissent avec la croissance.
  • certaines suture du crâne disparaissent également :  la métopique (entre 4
metopism série
âge de début et de fin de fermeture de la métopique sur 355 crânes normaux

et 9 mois), la mendosale (entre 2 et 9 mois) et l’innominée (vers 2 ans) ; selon certaines hypothèses (A Czorny), la métopique ne sert qu’à donner de la souplesse au crâne au moment de l’accouchement. cette hypothèse est
corroborée par la dystocie plus fréquente chez les enfants porteurs d’une trigonocéphalie ou d’une scaphocéphalie.

  • la suture métopique persiste au contraire chez certaines personnes, y compris à l’âge adulte : c’est le métopisme, qui affecte environ 5% de la population. anat sutures
  • on note une tendance historique à la diminution de la prévalence du métopisme depuis le siècle dernier, alors que dans le même temps l’incidence de la trigonocéphalie a augmenté de manière importante ; il est possible que le recours fréquent à la césarienne ait aboli un important élément de sélection naturelle.

    • enfin, il existe à la naissance des sutures accessoires au niveau de l’os pariétal et de l’écaille occipitale, qui augmentent la déformabilité du crâne pendant l’accouchement, et disparaissent  rapidement ensuite. Il ne faut sutures fracturepas confondre ces sutures accessoires avec des fractures, notamment dans le cadre d’une évaluation médico-légale.

    sutures persistantes

    • les autres sutures de la voûte (coronale, sagittale, lambdoïde) persistent jusqu’à la fin de la croissance et même au-delà.
    coronale croissance
    superposition en orientation vestibulaire d’un crâne normal (contour) et d’un crâne brachycéphale (tdm 3D)
  • la suture coronale a une disposition particulière liée à sa fonction, illustrée a contrario par sa fermeture pathologique, la brachycéphalie : cette fermeture induit non seulement un raccourcissement du crâne, mais aussi une élévation de la face. le développement normal suit donc un vecteur curviligne et non linéaire, similaire à la croissance des coquillages. Cette dernière décrit une spirale d’Archimède suivant un module logarithmique (ce qui permet d’augmenter la taille en conservant les proportions). ce mode d’action est probablement similaire au niveau de la suture lambdoïde.
  • la suture lambdoïde a souvent un tracé complexe, délimitant des os surnuméraires nommés os épactaux ; ces derniers n’ont pas de caractère pathologique, mais ils sont plus fréquents en cas de craniosténose, traduisant la sur-stimulation de la suture lambdoïde.

  • les fontanelles

    ce sont les carrefours des sutures, qui sont présentes à la naissance et se ferment progressivement avec l’ossification de la voûte. A un âge donné, les fontanelles sont de taille très variable ; il faut souligner qu’une fontanelle de petite taille n’a aucune incidence sur la croissance crânienne, car ce sont les sutures, et non les fontanelles, qui permettent la croissance crânienne. 

    • grande fontanelle ou bregma : carrefour des coronales et de la sagittalefontanelles.png
    • petite fontanelle ou lambda : carrefour des lambdoïdes et de la sagittale
    • ptérion : carrefour de la coronale, de la pariéto squameuse et de la grande aile
    • astérion : carrefour de la lambdoïde, pariéto-squameuse et mendosale

    les fontanelles accessoires (ptérion et astérion) jouent un rôle dans la croissance crânienne lorsque les sutures sont soudées (crâne en trèfle)

    la grande fontanelle est de taille extrêmement variable entre les individus, elle peut

    fontanelle comblement
    surface de la fontanelle bregmatique mesurée sur 100 scanners réalisés pour traumatismes crâniens entre 0 et 24 mois ; on note la grande variabilité inter-individuelle. la dispersion augmente au cours des premiers mois, la surface semble même croître chez certains enfants, puis la fontanelle se réduit rapidement à partir de l’acquisition de la posture érigée.

    être quasi fermée dès l’âge de trois mois et totalement fermée dès 6 mois. elle est en règle fermée après 18 mois. sa fermeture précoce n’a donc pas de valeur pathologique.

    la surface de la fontanelle bregmatique semble augmenter au cours des premiers mois de vie, avec la croissance rapide du crâne, elle diminue ensuite rapidement à partir de 8 mois environ, ce qui correspond à l’acquisition de la station érigée. la pression intracrânienne devient en effet négative en orthostatisme du fait de l’effet de siphonage veineux. il semble que l’hypopression intra-crânienne soit le stimulus de l’ossification crânienne. après la fermeture de la grande fontanelle, le contenu crânien n’est désormais plus soumis à la pression atmosphérique.

    par ailleurs, il semble que la pression intra-sinusienne négative soit également le stimulus de l’apparition des villosités arachnoïdiennes (P Lasjaunias). il existe donc une bonne concordance temporelle entre la fermeture de la grande fontanelle, la station érigée et l’apparition des villosités arachnoïdiennes (cf. tableau infra).

    macrocéph dysostose cléïdo-crânienne
    dysostose cléïdo-crânienne avec pseudarthrose des clavicules

    la grande fontanelle peut persister anormalement comme dans certaines pathologies (dysostose cléïdo-crânienne ci-contre).

    la croissance normale du crâne

    croissance-fc3a9nart.jpg
    • les plaques osseuses grandissent par la production d’os au niveau des sutures sous l’effet de la poussée du cerveau en croissance. c’est donc le cerveau qui donne au crâne une forme harmonieuse.

    ci-contre : superposition de crânes du nouveau-né à l’adulte en orientation vestibulaire, illustrant la croissance différentielle des différentes régions (R Fénart)


    • il existe également un remodelage de la forme par apposition d’os dans les régions en dépression, et résorption dans les régions en compression. le périoste et la dure-mère sont responsables de l’apposition comme de la résorption.
    • la vitesse de croissance varie suivant les régions du crâne, avec initialement une croissance très rapide de la calvaria, puis de la région frontale, enfin de la région médio-faciale et mandibulaire (figure ci-contre), chacune des régions suivant donc un calendrier propre. les proportions évoluent donc d’une morphologie infantile jusqu’au crâne adulte.

    la fosse postérieuretableau croissance

    le cervelet croît rapidement pendant les 2 premières années pour atteindre une taille quasi-adulte à 2 ans.

    les proportions de la fosse postérieure et de la cavité hémisphérique se modifient donc de façon importante au cours de la croissance.croissance-cervelet.jpg

    academic

    la croissance crânienne est un processus intégré

    avec le développement global de l’enfant. ci dessous, nous mettons en parallèle la posture, le développement du crâne, les modifications de l’hydrodynamique intracrânienne, et les pathologies en fonction de l’âge.

    tableau développment crâne

    croissance pathologique

    la croissance du crâne est inharmonieuse lorsque :

    déformation XVIIIème dyn
    déformation, Egypte XVIIIème dynastie
    croissance par LCS
    expansion crânienne par le LCS (à gauche), compression cérébrale par le crâne (à droite)

    il est intéressant de noter que la pression seule ne suffit pas à faire grandir le crâne, puisque l’hypertension intracrânienne peut malgré tout apparaître.

    le contraste entre la croissance excessive de la macrocéphalie essentielle, de la malformation de Dandy Walker, d’un kyste arachnoïdien d’un côté, et celle insuffisante de la pseudotumor cerebri et de la malformation de Chiari de l’autre, suggère que c’est la pulsatilité du LCS et non celle du tissu cérébral qui est le stimulus de la croissance crânienne.

    Propulsé par WordPress.com.

    Retour en haut ↑

    %d blogueurs aiment cette page :