les crânio-facio-sténoses

laymots-clés : cranio-facio-synostoses – Crouzon – Apert – Pfeiffer – Saethre-Chötzen

en deux mots

il s’agit de maladies rares et graves qui associent une craniosténose (intéressant le plus souvent la coronale) et une faciosténose avec développement insuffisant de la région du maxillaire. les conséquences sont intra-crâniennes (compression cérébrale, risque de cécité), respiratoires (respiration buccale, défaut d’aération tympanique), et alimentaires (du fait de la respiration buccale et des malformations bucco-dentaires). La prise en charge est donc multidisciplinaire et s’étale tout au long de la croissance

Crouzon parcours
parcours d’un patient porteur d’une maladie de Crouzon par mutation FGFR3 (noter la mélanose cutanée)

doctor

étiologies

il s’agit le plus souvent de maladies génétiques dues à une mutation identifiée, soit connue dans la famille, soit apparue chez l’enfant, il s’agit alors d’une néo-mutation.CrFst catalogue

diagnostic

la faciosténose peut être apparente :

  • dès la naissance, avec parfois une craniosténose sévère (crâne en trèfle), une faciosténose posant des problèmes respiratoires et alimentaires parfois au-delà de toute ressource
  • voire en anténatal
  • elle peut aussi apparaître de façon retardée chez un enfant présentant initialement une craniosténose apparemment isolée, car la croissance faciale est plus tardive que la croissance de la voûte crânienne.

la craniofaciosténose peut aussi être diagnostiquée en raison d’antécédents familiaux ; on peut noter un grande variabilité phénotypique au sein d’une même famille.

Saethre famille
Saethre-Chötzen : variabilité du phénotype au sein d’une même famille

la confirmation génétique est souhaitable, en particulier lorsque le phénotype parental est minime, ainsi que pour le patient lorsqu’il atteint l’âge adulte.

les lésions

elles associent de façon variable :

  • une craniosténose (le plus souvent brachy ou oxycéphalie, parfois une sténose

    syndromic bicoronale

    unicoronale, une craniosténose lambdoïde) ; la majorité des craniosténoses bicoronales sont syndromiques

  • une faciosténose, qui apparaît souvent de façon retardée, et qui se manifeste par :
    • un exorbitisme
    • une rétrusion maxillaire
    • une respiration buccale
    • un trouble de l’aération tympanique
    • un trouble de l’articulé dentaire
  • souvent un engagement tonsillaire (Chiari), secondaire à l’hypertension intracrânienne ou à la fermeture des sutures de la base
  • une hydrocéphalie, liée un trouble de résorption du LCS par hyperpression veineuse

les différents syndromes

ils présentent un recouvrement certain, au plan génotypique comme phénotypique.

    • la maladie de Crouzon, liée à une mutation FGFR2 (Crouzon standard) ou FGFR3
      Crouzon acanthosis
      Crouzon par mutation FGFR3 avec constitution progressive d’un acanthosis nigricans

      (Crouzon avec acanthosis nigricans) ; souvent compliquée de problèmes hydrauliques (hydrocéphalie, Chiari), elle s’accompagne à l’âge adulte de sténoses canalaires rachidiennes

    • le syndrome de Pfeiffer, par mutation FGFR2, proche du Crouzon, se distingue par une hypertrophie du pouce et du gros orteil, et s’associe à des troubles respiratoires souvent sévères dès la naissance.
    • le syndrome d’Apert, liée à une mutation FGFR2, elle s’associe à des malformations des membres avec syndactylie des mains et des pieds, parfois ankylose des genoux et des coudes ; le pronostic développemental est impacté, de manière proportionnelle à la gravité de l’atteinte des extrémités
Muenke
syndrome de Muenke impliquant la mère, la fille et le fils
  • le syndrome de Saethre-Chötzen, par mutation du gène Twist, il présente des phénotypes très variables dans une même famille, avec parfois une craniosténose pure ; il peut même n’y avoir qu’une trigonocéphalie. ce syndrome se caractérise par des anomalies oculaires (ptosis), digitales (syndactylie membraneuse 3-4, bachymétacarpie du 4ème rayon), auriculaires (crux cymbae) et une implantation basse des cheveux
  • le syndrome de Muenke, est lié à une mutation de FGFR3 P250 (identifiée par E Lajeunie) et associe une brachycéphalie sans faciosténose et souvent une surdité
  • le syndrome d’Antley-Bixler : autosomique récessif, il associe une craniosténose, un retarde mental et une synostose radio-cubitale
  • le syndrome de Carpenter, autosomique récessif, qui associe à une cranio-faciosténose, des anomalies digitales et une cardiopathie parfois sévère
  • la mutation TCF12, ayant un phénotype proche du Saethre-Chötzen, mais le lobe de l’oreille est différent (anthélix allongé au dépens de la conque)
    TCF12
    mutation TCF12 familiale avec brachycéphalie et malformation d’oreille caractéristique
  • la mutation ERF entraîne surtout une craniosténose, de type scaphocéphalie ou oxycéphalie ou pachycéphalie

les quatre premières sont les craniofaciosténoses « historiques », qui ont été décrites de longue date devant un phénotype assez univoque ; les suivantes ont été identifiées plus tardivement car leur phénotype est beaucoup plus variable. La liste n’est pas limitative.

academictraitement

CrFSt distraction
chirurgie en 1 temps : cranioplastie fronts-orbitaire avec distraction

suivant l’importance respective de la craniosténose et de la faciosténose, on décidera :

brachy craniectomie
craniectomie périfrontale décompressive à la naissance
  • d’une libération première des voies respiratoires (turbinectomie par voie trans-palatine) à la naissance
  • d’une craniectomie périfrontale décompressive à la naissance, puis une ostéotomie faciale de type Le Fort 3 plus tard dans l’enfance.
  • voire d’une simple surveillance dans certaines formes mineures

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :