les kystes arachnoïdiens et autres kystes

laysynonymes : arachnoid cysts – neuroglial cysts

en 2 mots

il s’agit d’un groupe de lésions fréquentes, de nature malformative et non tumorale. Les kystes arachnoïdiens sont constitués de membranes méningées et contenant du liquide cérébro-spinal. ils correspondent à une dilatation des citernes normales. on découvre souvent ces kystes de façon fortuite, ils ne nécessitent alors tout au plus qu’une simple surveillance. Parfois, on découvre des kystes en anténatal, ils ont alors une tout autre signification car ils peuvent être associés à des lésions cérébrales.

academic

anatomie pathologique

on distingue :

DAN kystes polykystose
  • les kystes arachnoïdiens, constitués de membranes arachnoïdiennes ; ils sont le plus souvent isolés, mais sont parfois rencontrés dans la polykystose rénale. ces kystes sont parfois associés à une polykystose rénale familiale
  • les kystes ventriculaires correspondant à une loculation des ventricules suites à une infection par exemple
  • les kystes neurogliaux, groupe hétérogène qui regroupe
    • les kystes porencéphaliques : liés à une cavitation suite à AVC, trauma…
    • les kystes du plexus choroïde, de constatation banale en particulier en anténatal
    • les kystes des espaces de Virchow-robin
    • les kystes entrant dans le cadre de leucodystrophies

KArach divers

doctor

les différents sous-chapitres sont donc :

diagnostic

effet compressif

les kystes se révèlent par leur effet compressif sur les structures avoisinantes ou par

  • une hypertension intracrânienne
  • parfois une croissance anormale de la voûte crânienne (la bosse du coiffeur)
  • ou encore par leurs complications (hydrocéphalie, saignement intra-kystique ou collection sous-durale).

diagnostic anténatal

les kystes étant parfaitement trans-soniques, ils sont aisément dépistés en anténatal ; on note une topographie et une typologie nettement différente de ce qui est diagnostiqué en post-natal

DAN kystes divers

le diagnostic radiologique

  • il convient de déterminer s’il s’agit bien d’un kyste, puis de quel type de kyste il s’agit

    KArach divers fosse post
    A : méga-grande citerne ; B : Dandy-Walker ; C : récessus pinéal ; D : porencéphalie
  • on demande également à l’imagerie de dire si le kyste est compressif ou non, ce qui est souvent difficile à déterminer. de nouvelles techniques d’imagerie comme l’ASL (Arterial Spin Labelling) sont encours d’évaluation dans la prise en charge des kystes arachnoïdiens.
sylvien-asl.jpg
kyste arachnoïdien sylvien bilatéral : IRM Flair et T2 (en haut) et ASL (en bas)

les différentes techniques d’imagerie ont chacune des avantages et des inconvénients, et donc des indications respectives. KArach imaging

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :