embryologie de la moelle épinière

layen 2 mots

l’embryon des vertébrés se développe à la façon d’un origami, avec des replis et des expansions qui vont conduire, d’un disque cellulaire plat (comme la surface d’un jaune d’oeuf), à un embryon à 2 couches (entoblaste et épiblaste) puis à trois couches (ectoderme, neuroderme et endoderme), puis à la formation de la gouttière neurale qui va se refermer en tube neural en se séparant du plan cutané, puis se différencier en cerveau et moelle, méninge, nerfs, cellules mélaniques, méninges, etc. la fermeture du tube neural correspond au raphé médian, d’où l’appellation de malformations dysraphiques. de plus, la perturbation d’un de ces stades va retentir sur le suivant, réalisant un « effet domino ».

pour en savoir plus : embryology.ch

doctoracademic

diagnostic embryoLa gastrulation

Lorsque l’embryon passe du stade de morula (sphère de cellules) au stade blastocyste (avec vésicule endodermique), il comprend 2 couches, l’épiblaste (futurs épiderme et système nerveux) et l’entoblaste (futur endoderme) ;

il passe au stade gastrula en développant un troisième feuillet, le mésoderme, qui se glisse entre les 2 plans précédents à partir de la ligne médiane, où se trouve le nœud de Hansen ; celui-ci se déplace d’avant en arrière comme une fermeture à glissière.

le mésoderme formera, entre autres, la notochorde, qui va induire la formation

diastématomyélie 1
diastématomyélie : la notochorde fragmentée induit la formation de deux tubes neuraux parallèles

du tube neural, puis se segmenter (formant les somites) et autour de laquelle se formera l’axe squelettique (crâne et colonne). le mésoderme formera également les enveloppes méningées, les muscles et les tissus sous-cutanés. Une perturbation de la gastrulation peut conduire à une diastématomyélie ou un kyste neurentérique. elle retentit également sur la neurulation (effet domino), la diastématomyélie peut donc être associée à une méningocèle, une fistule dermique ou un lipome, et elle présente des anomalies caractéristiques du derme (pilosité, peau angiomateuse).

la neurulation primaire

à partir de l’embryon à 3 couches qui résulte de la gastrulation, la neurulation primaire conduit à la formation du tube neural qui se forme à partir du neurectoderme ; il s’agit initialement d’une gouttière qui va se refermer pour former un tube, le tube neural (à l’origine de l’ensemble du système nerveux), et se détacher de l’ectoderme (futur épiderme) qui va se refermer derrière lui : c’est le raphé médian, à l’origine de l’appellation commune dysraphismes. Entre le neuroderme et l’ectoderme vont s’interposer les tissus du mésoderme qui vont former les enveloppes squelettiques du neuroderme (la colonne) et les tissus sous-cutanés.

MM fermeture 1
myéloméningocèle : le tube neural est resté ouvert,  la placode neurale est exposée

une anomalie de la neurulation primaire est à l’origine des spina bifida ouverts (myéloméningocèle), et fermés : les méningocèlesfistules dermiques, et dysraphies crâniennes (cranium bifidum).

de façon significative, une méningocèle et une fistule dermique peuvent coexister chez le même patient : il s’agit fondamentalement du même problème : l’absence de détachement du neuroderme et de l’ectoderme, avec dans un cas évagination des méninges, dans l’autre invagination de l’épiderme.

La neurulation secondaire

Le tube neural ainsi formé va s’allonger vers le bourgeon caudal (à l’origine de la queue chez les vertébrés) et se différentier à partir du bourgeon caudal en se séparant des plans adjacents qui vont former le cloaque et les tissus sous-cutanés (notamment graisseux).

lipome terminal
myélolipome terminal : anomalie de la neurulation secondaire avec absence de séparation entre tissus médullaires et tissus d’origine mésodermique

c’est une anomalie de la neurulation secondaire qui est à l’origine des myélolipomes., qui s’associent souvent à d’autres anomalies du bourgeon caudal : imperforation anale, cloaque.

la régression caudale

dans notre espèce, le bourgeon caudal va involuer en se différenciant, c’est la différentiation rétrogressive. au plan squelettique, la rétrogression conduit à un vestige : le coccyx. les segments médullaires correspondants disparaissent, laissant place au filum terminale. Par la suite, la moelle épinière ainsi formée va grandir moins vite que la colonne, puisqu’à la fin du développement embryonnaire, la moelle se terminera en regard de la seconde vertèbre lombaire, position qu’elle gardera pendant toute la vie (c’est ce décalage entre croissance médullaire et croissance vertébrale qui permet la réalisation de la ponction lombaire sans risque neurologique). cette croissance différentielle est permise par l’étirement du filme terminale.

une régression caudale excessive conduira à un syndrome de régression caudale ; une agénésie du sacrum, liée au syndrome de Currarino ou au syndrome VACTREL. le filum terminale court (car trop épais), ne permettant pas la remontée relative de la moelle conduit au syndrome de la moelle allongée, qui est également du à une anomalie de la régression caudale.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :