fistules dermiques dorso-nasales

en 2 mots

Les problèmes posés sont à la fois le risque infectieux (avec méningite s’il existe une extension intracrânienne) et celui de déformation évolutive de  la pyramide nasale et de la région frontale.

anatomie pathologique

La plupart des fistules ne communique pas avec le système nerveux, mais certaines se poursuivent dans l’épaisseur de la voûte crânienne à la racine du nez (la glabelle), et parfois même en intra-crânien, formant un kyste dermoïde intra-crânien voire méningé.

Diagnostic

On identifie une fossette sur la ligne médiane du dos du nez, centrée par un ou quelques poils. La fossette est mobile par rapport au plan profond, mais s’ombilique par traction sur le plan profond lorsqu’on mobilise la peau.

Le bilan radiologique comprend le scanner (pour identifier la communication avec la base du crâne) et I’lRM (pour identifier un kyste intra-osseux voire intra-dural

traitement

l’intervention est réalisée souvent à double équipe, neurochirurgie et chirurgien crânio-facial. Elle a pour objectif l’excision complète de la lésion sur tout son trajet cutané, intra-osseux et le cas échéant intra-crânien, dans le but d’écarter le risque infectieux et d’éviter une déformation évolutive du visage.fistule DN schémat

Si la fistule est limitée, l’excision est réalisée par un chirurgien plasticien ou ORL par abord direct ; si elle se prolonge en intra-crânien, un abord neurochirurgical est le plus souvent nécessaire, avec une incision du cuir chevelu, un exposition sous-cutanée de l’ensemble de la région frontale, permettant d’identifier le point de pénétration osseuse, d’exposer le kyste intra-osseux, de le séparer de la dure-mère à laquelle il adhère intimement, et de retirer le trajet en totalitéfistule DN op

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :