la prévention du syndrome du bébé secoué

synonymes : shaken baby syndrome ; child abuse

lay

le syndrome du bébé secoué est une catastrophe entièrement causée par l’être humain ; il est donc indispensable de mettre en place des actions de prévention en repérant les facteurs de risque de l’enfant et de son entourage, en informant et en sensibilisant les professions de santé et le public.

la mise en oeuvre de la prévention

elle tient en deux mots : informer, éduquer

éduquer

Thermometre.jpg
le thermomètre de la colère de Montréal
  • les futurs parents en préparation à l’accouchement
  • les nouveaux parents en maternité en utilisant la stratégie du thermomètre de la colère développée à Montréal et étendue au Canada
  • le grand public, en en faisant une cause nationale

informer et former

pour éduquer, il faut que les acteurs médicaux, paramédicaux, médico-sociaux et de la justice disposent d’une formation leur permettant d’aller au-devant des parents et futurs parents.

le rôle des associations

plusieurs associations se sont donné comme mission la lutte contre la maltraitance de l’enfant sous ses différentes formes.

l’association les maux/les mots pour le dire s’est donné pour mission l’information et la formation des professionnels de la santé, de la justice et du monde médico-social.

le rôle des services médico-sociaux

les services médico-sociaux (PMI) et de la médecine périnatale sont les mieux placés pour mettre en place ces actions de prévention. il faut organiser l’éducation des futurs parents pour les préparer aux pleurs incessants du nourrisson sous forme de « crying plan« .

logo violences3il faut également repérer les situations de fragilité sociale et psychologiques à risque ainsi que les obstacles à l’établissement du lien affectif parent-enfant normal.

quelle est l’efficacité des campagnes de prévention ?

SBS Geluck

il a souvent été dit que les campagnes d’information et de prévention ne diminuaient pas l’incidence de la maltraitance ; cette vue pessimiste est probablement biaisée par le fait que ces campagnes conduisent dans le même temps à une vigilance accrue, et à une diagnostic plus exhaustif. la diminution réelle du nombre de cas est donc masquée par une augmentation du nombre de cas diagnostiqués.

dans notre expérience, nous avons constaté, au cours de l’année 2018 (qui n’est pas encore terminée…) une diminution importante du nombre de cas de maltraitance. comme le diagnostic était exhaustif depuis bon nombre d’années, nous interprétons cette donnée comme l’impact des campagnes d’information et de prévention mises en place, en particulier le crying plan déployé depuis un an à la maternité Jeanne-de-Flandres.

nous interprétons ce résultat, s’il se confirme, comme le fruit d’une collaboration multi-professionnelle volontariste de la part de tous les acteurs impliqués. ces données, pour réjouissantes qu’elles soient, ne doivent pas faire baisser les bras, bien au contraire.

les statistiques ci dessous montrent des résultats qui nous semblent très encourageants :

résulta prévention
la prévention en maternité, ou « crying plan », a été mise en place depuis début 2018 à la maternité Jeanne de Flandres à Lille. sur l’année 2018, nous avons enregistré un niveau bas historique par rapport aux années précédentes

résultat prévention Lille

  • avant 2018 : 353 cas/17 ans : 20,7/an
    • dont métropole Lilloise 108 (30,1%)
  • depuis 2018 : 12 cas/15 mois : 9,6/an
    • dont métropole Lilloise 2 (16,7%)

ceci semble indiquer à la fois une réduction globale de l’incidence et un effet centre.

rejoindre l’article sur la maltraitance chez le nourrisson

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :