la datation du traumatisme

en faveur d’une datation courte

TC HSD daté
scanner et liquide de ponction le jour de l’admission (14 mars) et le lendemain (15 mars). 

on note le plus souvent une dégradation clinique aiguë et brutale qui correspond au moment du secouement.

l’aspect du liquide sous-dural en imagerie comme lors de la ponction se modifie rapidement

l’examen des scanners successifs montre souvent des modifications rapides de topographie et de densité, ce qui est en faveur d’une datation courte. Sur la figure ci-contre, on note que l’aspect de sang frais est déjà nettement dilué après 24 heures.

 

TC HSD datation
étude des scanners successifs dans les traumatismes corroborés, en définissant 4 régions d’intérêt (convexité, sinus sagittal, faux, tente) et un grading à 4 niveaux (0 à 3). on note que la quantité de sang est initialement maximale à la convexité, alors qu’elle augmente secondairement dans les régions médianes et déclives, ce qui suggère une migration des dépôts sanguins suivant la migration du LCS d’une part, la gravité d’autre part. 

en faveur d’une datation longue

certains enfants se présentent de façon subaiguë, avec un augmentation progressive du périmètre crânien.

en faveur de traumatismes répétés

il est cependant parfois possible d’identifier des lésions d’allure anciennes coexistant avec des lésions récentes

quelles précision peut on approcher ?

on est en général à la journée près pour les traumatismes récents, ce qui est certainement très en dessous de ce que les enquêteurs souhaiteraient (à l’heure près). Pour les traumatismes anciens, on est déjà bien en peine d’affirmer la nature traumatique de l’HSD.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :