l’examen clinique de l’enfant traumatisé crânien

doctoril s’agit de l’examen de tout traumatisé crânien que tout médecin doit connaitre. il existe des particularités de l’enfant (au plan de la communication, de l’importance des biorythmes sur la vigilance par exemple) et des spécificités (examen du périmètre crânien)

les lésions du scalp

elles sont importantes pour :

  • orienter vers une pathologie sous-jacente : ecchymose orbitaire unilatérale (« en lorgnette ») ou bilatérale (« raccoon’s eyes ») orientant vers une fracture de l’étage antérieur
  • attester d’un traumatisme, qui n’est pas toujours rapporté par l’entourage ; signe de Battle (oreille soulevée) orientant vers une fracture du rocher
  • les lésions du scalp ont une gravité en soi lors qu’il existe un saignement important (plaie du scalp, hématome sous-galéal du nouveau-né)

    TC clinique
    de gauche à droite : hématome sous-galéal du nouveau-né avec CIVD ; « yeux de raton-laveur » ; signe de Battle par fracture du rocher (avec paralysie faciale)

le périmètre crânien

sa mesure fait partie de tout examen du nourrisson ; il faut distinguer une augmentation avec rupture de la courbe, qui atteste d’un processus se développant en intra-crânien, d’une macrocéphalie essentielle, progressive et sans rupture de la courbe.

TC PC

la recherche d’une rhinorrhée cérébrospinaleTC rhinorrhée

elle est parfois difficile à rechercher à la phase aiguë car il faut positionner le patient en proclive. il existe donc des faux négative (écoulement dégluti) mais aussi des faux positifs : liquide lacrymal (qui ne contient pas de glucose ni de Béta- 2 transferrine)

l’examen neurologique

il est à évaluer en fonction du niveau développemental de l’enfant. le signe de Babinski est physiologique jusqu’à l’âge d’un an.

on évalue la vigilance selon l’échelle de Glasgow de 3 (aréactif) à 15 (normal).les comas profonds sont mieux évalués par l’échelle de Liège

on recherche des signes de localisation qui attestent de lésions cérébrales (ou médullaires) et orientent vers une topographie lésionnelle.

l’examen général

on recherchera d’autres lésions traumatiques, des facteurs favorisants en faveur d’une négligence (mauvaise hygiène, retard vaccinal), de conduites à risque chez l’adolescent, etc.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :