biomécanique des traumatismes rachidiens

academic

les accidents avec traumatisme rachidien :

il s’agit le plus souvent d’accidents à haute énergie

  • en distraction : AVP avec ceinture (seat-belt), traumatisme obstétrical
  • en flexion-extension : bébé secoué
  • en compression : défenestrationbiomecanique

anatomie pathologique

les propriété biomécaniques du rachis de l’enfant sous-tendent l’anatomie pathologique des traumatismes rachidiens

le rachis de l’enfant est caractérisé par sa laxité

physio laxité slide
décalage en marches d’escalier chez un patient somnolent (à gauche ; correction spontanée (à droite)

 

physio laxité rotation
subluxation rotatoire sans instabilité, spontanément réductible
  • antéro-postérieure (cisaillement)
  • en longueur (étirement)
  • en rotation (subluxation rotatoire)

l’élasticité des ligaments, la compressibilité et la ductilité de l’os spongieux, expliquent :

  • les tassements multiples, en marche d’escalier, l’énergie emmagasinée dans un corps vertébral étant libérée dans le corps vertébral adjacent
  • le phénomène de « buckling » avec inversion brusque de courbure
  • le SCIWORA lié à la traction axiale sur la moelle, qui est moins compliante que le rachis

les disque sont très résistants

rachis # sous-chondrale
fracture sous-chondrale de C4 avec instabilité et déficit neurologique

plus que l’os sous chondral, qui est parsemé de vaisseaux nourrissant l’os en croissance en dessous du cartilage de croissance. on rencontre donc des fracture sous-chondrales, une forme de fracture très instable associée à une rupture de tous les ligaments.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :