les traumatismes du rachis cervical supérieur

academicla fracture du condyle occcipital# condyle

il s’agit souvent d’un mécanisme en compression, la fracture entraîne des douleurs à la mobilisation, rarement une inclinaison de tête.

la région fracturée correspond à l’insertion du ligament alaire, pourtant la lésion est en général peu instable. la surface d’os spongieux des fragments en contact étant large, la consolidation spontanée est généralement excellente après quelques semaines d’immobilisation par minerve.

la dislocation craniocervicale

dislocation C0C1
dislocation C0C1, passager éjecté arrivé en état de mort cérébrale ; noter le gonflement des parties molles

synonymes : luxation C0-C1, entorse occipito-cervicale

ces lésions étaient considérées classiquement comme hautement instables, rarement retrouvée chez les patients vivants mais plus souvent lors d’autopsie de traumatismes à haute cinétique (AVP). chez les survivants, on peut être orienté par une paralysie du VI (bilatérale éventuellement), une ecchymose du menton.

la radio standard montre un espacement entre condyles et atlas, une inversion du rapport de Powers, gun gonflement des parties molles rétro-pharyngées.

il peut exister une déchirure durale qui provoque la formation d’une méningocèle rétro-oesophagienne.

dislocation C0C1 Power's
luxation C0C1 avec inversion du rapport de Powers ; noter le gonflement des parties molles (flèches)

une fixation occipito-cervicale postérieure est nécessaire pour les lésions déplacées hautement instables.

l’IRM montre en fait que les lésions traumatiques occipito-C1 non déplacées ne sont pas si exceptionnelles. il faut y penser devant une hémorragie sous-arachnoïdienne du bas de la fosse postérieure. Le traitement de ces cas est orthopédique.

dislocation C0C1 bis
entorse C0-C1 ; tdm montrant une hémorragie sous-arachnoïdienne ; cliché standard montrant un gonflement important des parties molles (flèches) ; IRM montrant un saignement de la membrane tectoria et du ligament apical (flèches)

la fracture de l’odontoïde# Odontoïde

elle entraîne une instabilité par rupture du pivot rotatoire atlo-axoïdien. il existe également une désaxation cranio-cervicale avec un bras de levier qui induit une cyphose évolutive.

elle est parfois peu visible chez l’enfant, il s’agit d’un décollement épiphysaire de l’odontoïde ou de la synchondrose neuro-centrale.

elle nécessite une réduction et arthrodèse par laçage postérieur C1-C2 avec greffe (type Gallié)

# odont Gallie
fracture déplacée de l’odontoïde ; réduction et laçage-greffe postérieur type Gallié

l’appartenance de l’os odontoideum aux lésions traumatiques ou malformatives est discutée, on a pu invoquer un traumatisme néonatal. cette pathologie peut être décompensée brutalement, elle est souvent découverte à la suite d’un trauma mineur.

la fracture de l’isthme de C2

# Hangman
fracture isthmique par mécanisme en flexion

synonymes : fracture du pendu, traduction fautive de « hangman’s fracture »

il s’agit d’une fracture très rare chez l’enfant, instable, qui se traite de façon orthopédique

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :