la ventriculo-cisternostomie endoscopique

synonymes : neuroendoscopie ; VCE ; ETV ; V°C°

academicrationnel

l’endoscopie a un taux de succès à long terme et une tolérance clinique très supérieurs à ceux de la valve ; malheureusement, elle n’est possible que dans l’hydrocéphalie obstructive, c’est à dire un tiers des cas d’hydrocéphalie environ.

le but est de contourner l’obstruction intraventriculaire (voire extraventriculaire  si elle est limitée à la fosse postérieure) en mettant en communication directe le troisième ventricule et les citernes de la base ; ce qui suppose que celles-ci soient perméables.

technique chirurgicale

le positionnement du patient, le placement de l’incision, la direction de visée, le contrôle du geste, la qualité de stomie et de la fermeture sont des éléments essentiels du succès de l’intervention.  ETV tips

type de description : ETV avec l’endoscope Storz

  • en décubitus dorsal, tête droite fléchie sur matelas coquille
    • attention à l’intubation sélective avec la flexion nuchale
  • incision arciforme paramédiane devant la suture coronale, décollement sous-périosté
    • le respect des tissus permet une fermeture de bonne qualité, avec une bonne cicatrisation, et de bien meilleures conditions opératoires en cas de réintervention
  • trou de trépan à 2 cm de la ligne médiane et 1 cm de la coronale
    • chez les nourrissons, craniectomie limitée à proximité de la fontanelle
    • parfois sur la coronale elle-même quand le plancher du V3 est très abaissé derrière le clivus
    • attention en cas de coronale disjointe par l’HTIC
  • ouverture durale linéaire au bistouri
    • éviter de rétracter la dure-mère avec la coagulation
  • coagulation corticale limitée
  • mise en position du bras autostatique de l’endoscope de façon à réaliser un alignement avec le trou de trépan et la direction du foramen de Monro
    • viser la ligne médiane en se représentant la selle turcique
  • introduction de la chemise d’endoscopie avec son mandrin jusqu’au repère de 5 cm
  • au retrait du mandrin, vérification de la présence de LCS
    • prélevé pour examens cyto-bactério-chimie-anapath
  • mise en place de la pièce intermédiaire et de l’endoscope dans la chemise
  • en suivant le plexus choroïde, on rejoint le foramen de Monro et on pénètre le V3
  • identification des repères intraventriculaires du V3 : corps mamillaires, tuber cinereum
  • identification des repères extraventriculaires : terminaison basilaire, lame quadrilatère du sphénoïde
  • perforation du plancher entre lame quadrilatère du sphénoïde et tronc basilaire, élargie par le neuroballoon
    • lors du gonflement du ballon, le contact avec le tronc basilaire peut  provoquer une douleur intense, risque de réveil du patient
    • dégonfler le ballonnet lentement, en cas de saignement veineux, hémostase par application du ballonnet gonflé
  • inspection de la citerne pré-pontique

    ETV perforation
    A perforation du plancher aux ciseaux entre dorsum sellae et tronc basilaire ; B élargissement de l’orifice avec le neuroballoon ; C stomie ; D inspection cisternale
  • retrait de l’endoscope, obturation de la cheminée par surgicel tassé, suture durale si possible (au prolene)
  • fermeture cutanée en 2 plans de fil à résorption rapide
    • prolene aiguille ronde chez les nourrissons

résultats de la ventriculo-cisternostomie endoscopique

définition de succès et de l’échec

etv-revc2b0.jpg
échec secondaire : stomie perméable en Octobre, refermée en Avril, réintervention en Aout
  • le succès de l’intervention est défini par la perméabilité à long terme de la stomie ; ceci n’est pas synonyme de succès clinique s’il existe des séquelles.
    • l’échec primaire est l’impossibilité de réaliser une stomie efficace, pour des raisons anatomiques, un saignement, ou encore une hydrocéphalie mixte
    • l’échec secondaire est la refermeture d’une stomie qui a fonctionné de façon efficace. en cas d’échec secondaire, la meilleure solution est en général une nouvelle VCE. celle-ci a de bonnes chances de succès, évitant la pose d’une valve.
  • la nécessité de réopération est le critère de l’échec de l’opération
  • la nécessité de mettre en place un shunt est le critère de l’échec de la technique
  • ETV success
    succès et échecs, primaires et secondaires ; en orange, échecs de la technique, l’échec pouvant ne pas être définitif (Cf. endoscopie secondaire après échec de valve)

    ETV redo

    en cas d’échec secondaire, une nouvelle VCE a de bonnes chances de succès, comparables à celles d’une première opération (cf. ci-contre).

obstruction de la stomie

une obstruction de la stomie peut survenir jusqu’à 10 ans voire plus après l’intervention ; ceci justifie donc un suivi clinique et radiologique du patient au moins jusqu’à l’âge adulte. l’âge du patient est un facteur important du résultat de l’opération ; ceci n’exclut pas de faire une ETV chez un petit nourrisson, à qui elle peut malgré tout rendre de grands services dans une hydrocéphalie difficile, mais il faut en connaitre les limites.

le tableau clinique d’hypertension tension intra-crânienne peut être très trompeur, avec un patient qui va apparemment bien, mais qui va en fait mieux après l’intervention, et des cas dé dégradation dramatique avec mort subite. on est donc très interventionniste, même chez un patient asymptomatique, si l’imagerie montre un obstruction de la stomie.

complicationsETV complications

ETV céphalocèle
céphalocèle sous-cutanée après VCE

 

 

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :