l’exérèse des dermoïdes de la voûte

c’est une chirurgie simple qui ne demande pas nécessairement un neurochirurgien.

Decats dermoïde
exérèse en bloc

elle doit néanmoins être soigneuse, car seule une exérèse totale sans rupture de la membrane du kyste permet d’assurer l’absence de récidive, ou pire, de fistulisation.

de plus, dans les régions glabres, il s’agit d’une chirurgie ayant un impact morphologique important

le dermoïde de la voûte

est le plus souvent enchâssé dans la table osseuse, recouvert du périoste ; ce dernier, soulevé par le dermoïde, induit une ossification caractéristique « en cratère » autour du dermoïde.

l’abord doit se faire par la périphérie, en profitant du plan sous-galéal décollable, il faut ensuite inciser le périoste et le décoller avec la rugine d’Obwegeser à la périphérie du cratère et terminer par le fond de celui-ci.

dermoid
exérèse d’un dermoïde de la voûte en région chevelue

le dermoïde de la queue du sourcil

est souvent également enchâssé dans l’os, il faut éviter l’incision direct sur le kyste car la cicatrice va s’élargir en raison de la tension cutanée. de plus, il existe un risque de léser les rameaux du nerf facial. il est préférable d’inciser dans le pli palpébral ; c’est un sillon naturel qui laissera une cicatrice quasi indétectable ; de plus, située à l’intérieur de l’orbiculaire des paupières, il n’y a pas de risque de lésion nerveuse.

Bergues dermoïde sourcil
incision dans la pli palpébral et dissection du kyste, incision du périoste, et exérèse en bloc ; la suture, surjet intradermique au monofil non résorbable, est fixée par des stéri-strips en anticipation du gonflement post-opératoire, et retirée à J 6.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :